Nos trekking



Les sports extra-muraux d’al-Maghrib. Le tourisme allie de nos jours plaisir et stimulation, les touristes pratiquent différentes activités les aidant de se construire une admirable disposition physionomiste mais aussi de dépasser leurs bouts continuellement. Rappelons que de telles manœuvres ne s’exécutent pas sans un minimum de garanties. Éphémérides de la randonnée et du trekking au Maroc et au degré planétaire. Il est habituel de vouloir aller pratiquer une randonnée au Maroc ou d’autres activités en air libre à l’instar du saut en parachute, le parapente, le excursion, la grimpette et bien d’autres. Ces recherches étant désormais vulgarisées, un plus gand nombre de flâneurs ont la possibilité de confirmer leur tonicité au cours de leurs vacances. Parcours et balade ne sont pas si différents que ça. A dire vrai, le premier est une progression animé de quelques jours utilisant pour unique procédé de transport les pieds. Mais si la marche est prévue par une compagnie experte, l’organisation sert à convoyer outillages et vivres d’un point à l’autre parcours. On converse sur le circuit mais d’où arrive cette habitude ? Le trek tire ses origines du Népal qui a osé admettre des alpinistes qui s’y rendaient afin de profiter des proéminences du terroir. Tout a commencé dès les années 1950. C’est aux alentours de 1950 que le territoire a osé accueillir des alpinistes. Ce n’est que dans les années 1960 que les visiteurs du terroir ont commencé à y exécuter des randonnées le long des sommaires canaux de montagnes. Les montagnes Khumbu et Annapurnas sont les plus estimées par les excursionnistes. Voila comment l’équipée de la randonnée sportive a démarré.

Le fondateur de la première agence planificatrice de virées au Népal est aussi la personne qui utilisa le mot « trek » en premier, ce n’est autre que le Major Jimmy Roberts. Vétéran des forces de protection du Népal, il remarque les qualités de ce deuxième sommet le plus dominant du monde. une fois retraité en 1964, il entreprend de constituer son bureau de trek, la toute première du Népal : « Mountain Travel Nepal ». Toutefois, c’est après 1977 que les amateurs de ce sport ont pu accéder aux Annapurnas dont la réputation a grandi avec le temps afin d’ en faire le circuit le plus illustre de l’activité.

Le circuit s’exécute en deux semaines et peut monter jusqu’à 5 420 mètres. A certains lieux de la planète, les proportions sont telles qu’elles constituent un incontestable plaisir pour les passionnés de trek. Cela concerne principalement les coins de montagne, les déserts et les hauts plateaux. En ce qui concerne les coins de monticoles, ceux du Népal, susmentionnés, s’affichent comme les plus connus. Toutefois rien n’interdit de citer le Haut Atlas marocain, les sommets Ladakh et Zanskar situés en Inde, les montagnes Aurès qui nous viennent d’Algérie, ainsi que de nombreux autres tels que les territoires boréal ou les Andes boliviennes. A l’instar du Tibet qui offre la majorité des plateaux des plus élevés pour le trek comme le U Tsang à l’intérieur des terres ou l’Amdo et le Kham à l’Ouest, la Bolivie fait bonne figure avec la Plaine d’altitude. Si l’on veut entreprendre cette randonnée sportive, il y a aussi quelques déserts tels que le grand désert de l’Afrique du Nord, le Sinaï, le et, pour finir, l’étendue désertique présente au Nigéria.