Le Kirghizistan, à découvrir à travers ses célèbres spécialités culinaires



Outre les monuments et les traditions qui animent chacune des villes du Kirghizistan, la gastronomie y est aussi d’une grande importance pour les touristes. Elle constituera une découverte pour les étrangers qui foulent pour la première les terres kirghizes. Les spécialités culinaires locales sont de véritables héritages, à l’instar du plat national, le « plov ». Soit, elles sont des traditions maintenues à travers le « beshbarmak ». Elles caractérisent même un peuple à l’image de la fameuse boisson « koumis » caractéristique des nomades.



Percer les secrets du plat national kirghize : le plov

Le plov est en réalité un plat qu’on retrouve un peu partout dans le continent. Il est en quelque sorte une spécialité asiatique. Ainsi, l’omniprésence de cette recette dans les terres kirghizes démontre que les habitants locaux sont fidèles à leur origine culturelle. Le plov est devenu une véritable attraction touristique du pays. Il est seulement préparé à base de produits locaux en Kirghizistan, entre autres du riz, de la viande de mouton, des carottes, de l’ail, des pois chiches et des raisins. Sa concoction est relativement simple. L’oignon, les carottes viendront se verser dans l’huile qui aura servi à dorer la viande. Le riz viendra les accompagner ainsi que les épices nécessaires. Il ne suffira plus qu’à attendre la cuisson, le plov sera immédiatement prêt à être servi en assiettes.

Le « beshbarmak », un insolite de l’art culinaire au Kirghizistan

L’origine du « beshbarmak » n’a rien d’insolite pour les kirghizes. Ce plat est une spécialité traditionnelle des ancêtres turcophones de la plupart des ethnies locales. Il est surtout préparé chez les communautés de lignée nomade. Pour les touristes, assister à la concoction de cette plate rime à la fois avec découverte historique et culinaire. En effet, si telles sont les origines du « beshbarmak », le côté gastronomique à la préparation et à la dégustation fait de lui un patrimoine à part.
Durant leurs voyages au Kirghizistan, les touristes seront fascinés par le fait que la spécialité est en fait à base de viande de cheval ou de mouton et de nouilles. Ces éléments principaux, servis dans un bol rond, s’accompagnent d’un bouillon d’agneau dans un autre récipient appelé « kese ». L’insolite dans cette nouvelle expérience est qu’il est de tradition de manger le « beshbarmak » à la main. La signification littérale du nom de ce plat est « cinq doigts » !

Déguster du « koumis » avec les nomades du Kirghizistan

L’art culinaire fait voyager au Kirghizistan. Les précédentes spécialités ont transporté les touristes au temps des anciennes civilisations identifiées dans le pays. Le koumis, la boisson nationale, quant à lui permettra de revisiter le mode de vie des peuples nomades. Durant les voyages au Kirghizistan, sa dégustation constitue une grande curiosité. En effet, la boisson est essentiellement à base de lait de jument fermenté durant une durée relativement longue. Il faudra rejoindre les dernières communautés nomades du pays pour constater le mode de préparation de ce breuvage. Lorsque les touristes viendront séjourner dans les tentes des nomades, ces derniers doivent de coutume servir du koumis. Ce sera l’occasion de poser toutes les questions en rapport avec cette boisson. Sûrement, les touristes entendront le concept d’autosuffisance des dires des nomades…